Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2010

L'IMPOSSIBILITE DE PENSER LE MONDE ET LE TRAVESTISSEMENT DES IDEES

Parce que j'ai renoncé à avoir des idées, le jour où je me suis aperçue qu'elles me submergeaient d'émotions contraires.
...
Parce que j'ai compris que la pensée doit se dépouiller des oripeaux de la subjectivité afin de devenir un objet de consommation équitable.
...
Parce que le débat est chose vaine puisqu'il ne peut déboucher que sur le status quo initial ou bien la rémission de ce à quoi vous teniez le plus au départ.
...
Parce que si je pense ce que je suis alors je ne suis pas.
...
Parce que la suite dans les idées est une fin de non recevoir.
...
Parce que l'histoire du monde n'est qu'une anecdote alors que nous voudrions y voir un roman feuilleton.
...
Parce que nous sommes encore dans la caverne, que nous portons encore nos chaînes et que nous pouvons brûler notre Platon Illustré, nous n'en avons rien fait.
...
Parce qu'une goutte de sens vaudra toujours plus qu'un litre de mauvais esprit.
...
Parce que le sel de la vie n'est qu'un extrait de glutamate.
...
Parce que la plupart d'entre les hommes ne m'ont jamais énuméré que des platitudes et des formules convenues.
...
Parce que je préfère encore le mur du silence à celui des lamentations.
...
Parce que les seuls plaisirs honorables sont ceux qui nous rabaissent et que les seules perversions acceptables sont celles qui nous élèvent.
...
Parce que nous nous payons de mots à défaut de nous faire crédit du néant.
...
Parce que tout finira bien par ne pas arriver.
...
Parce que la somme du bien et du mal n'est qu'un infini zéro pointé vers soi même.
...
Parce que les idées reçues n'habitent pas à l'adresse indiquée sur l'emballage.
...
Parce que j'ai lu tous les livres et que ma chair est forte.
...
Alors, je dis...

IL EST IMPOSSIBLE DE PENSER LE MONDE MAIS IL FAUT S'Y EFFORCER, DEPOUILLER LES IDEES DE LEURS LOGOS CONTREFAITS.

(Tu est prêt, Sot Crate ?)