Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2011

EKKYKLÊMA (bis)


Nous sommes tour à tour les animaux du cirque, les foules éructantes, les yeux indélicats, les scrutateurs en fond de salle et les hurleurs du premier rang...

Parce qu'elle nous sera à jamais inconnaissable, partielle et indicible, la Vérité nous filera entre les doigts, recomposée et remâchée, afin que nous puissions la digérer.

Il est de ces effondrements Macbethiens qui déboulent en plein coeur et galvanisent le corps social.

La Tragédie en direct est notre pitance. Elle est multiforme et infiniment renouvelable : qu'il s'agisse d'une gamine s'enfonçant inexorablement dans la boue, d'un gamin jeté dans un sac à la rivière, de bombardements incessants sur d'exotiques destinations, de tours dézinguées de leur piédestal hiératique, de maléfices radioactifs à n'en plus finir, d'un Puissant cloué au pilori, toujours le même scénario. La contemplation, béatifique moelle de boeufs spectateurs puis la philosophie au boutoir puis la logorrhée vermifuge puis l'oubli à géométrie variable...

Nous ne pouvons gloser que des effets, pas des affects.

Tandis qu'on expurge les boîtes noires d'un moultième crash aérien, le mystère, le seul et éternel Mystère reste entier.

Ce qui se loge dans la Boîte Noire d'un être humain.

Et ceux qui se targuent d'avoir des certitudes ne savent rien.

Nous ne savons rien.
Nous sommes ignorants.
Nous ne connaissons plus nous-mêmes.

Fin de l'Acte X

16:45 Publié dans Polemos | Lien permanent | Commentaires (0)

28/03/2011

TOMBEAU POUR JOHNNY

Cette nuit j'ai rêvé de l'enterrement de Johnny.

Un long cortège de fans apoplectiques remontait vers le Panthéon.

Ca m'a fait penser aux funérailles d'Hugo.

Eh ben, le Victor, à côté, c'était de la gnognotte !

Cette nuit j'ai rêvé de l'enterrement de Johnny.

Les radios dégueulaient sa soupe en boucles mélomanement correctes.

Raphaël Enthoven, Philippe Manoeuvre, Jean d'Ormesson et Tania Bruna Rosso débattaient et glosaient sans discontinuer sur la portée de l'oeuvre Smetienne dans l'Inconscient Collectif des Anacouphènes Consommateurs.

L'Arc en Ciel politique pleurait des larmes de caïman et se positionnait sur le spectre de la Correct Reactive Attitude.

Cette nuit j'ai rêvé de l'enterrement de Johnny.

BMG, Universal et Warner n'en finissaient plus de racler leurs fonds de tiroir pour produire du collector à la pelle.

Les cartes bleues des abrutis mélomaniaques n'en finissaient pas de chauffer.

Certains prétendaient déjà qu'il n'était pas mort, qu'il coulait de beaux jours dans un mouroir pour septuagénaires thaïlandophiles.

Cette nuit j'ai rêvé de l'enterrement de Johnny.

Et j'ai repris deux fois des moules.

Comme pour l'enterrement de Tino Rossi.

Etonnant non ?

23/02/2011

I SOLD MY SOUL FOR ROCK'N'ROLL

Dans la douleur et la peine, j'achève ma Bio de Bolan... Elle a traîné, elle a flanché, elle a failli, elle a faibli... Mais elle tient encore debout et j'en suis fière... J'y ai mis plus que la vie d'un autre, j'y ai mis un peu de la mienne... Je ne savais pas sur quelle pierre angulaire, philosophale ou tombale m'appuyer et j'ai bâti ma muraille avec ce qui me tombait sous la main... Marc et quelques autres... Tous les hommes de ma vie s'appellent Marc Bolan aujourd'hui... Demain, ils se nommeront... ? je ne sais encore : Jim ou Tim ou Nick ou... Mais je serai ces hommes comme ils sont moi... Comme ils sont miens... J'aurais pu être une ontologue, une chercheuse d'or ou une restauratrice... mais je ne serai qu'une écrivaine, une écrivaine de Rock et de rien d'autre... Et cela j'ai mis quarante-deux ans à le comprendre... Bah, d'autres sont morts sans le savoir, en feignant d'ignorer ce qu'ils n'avaient plus la force d'être... Epitaphe et puis taf...

 

Je ne me vends pas à Dieu

Je ne me vends pas aux hommes

Je ne me vends pas aux autres

Je brade mon âme au Rock'n'Roll

 

Je ne me donne pas à Dieu

Je ne me donne pas aux hommes

Je ne me donne pas aux autres

Je brade mon âme au Rock'n'Roll

12:16 Publié dans Polemos | Lien permanent | Commentaires (0)