Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2010

EGO TE ABSOLVO JE SUIS UNE VRAIE ROME ANTIQUE

Au fond, que reste-t-il du romantisme, à part le mega tube de Karen Cheryl (la Kylie Minogue française mais refaite) et l'innommable concept album de la mère Lara (je vais encore me faire des amis, du style "c'est une grande dame de la chanson française quand même !" oui, depuis le temps qu'elle pisse pleure dans son violon, c'est vrai...)
Pas grand chose : une certaine confusion avec le terme romance, quelques vagues relents de nombrilisme béat... une peccadille...
Le conformisme ambiant peut il s'accommoder du romantisme ?
L'ego est il toujours passible d'introspection ?
Le jeune Werther souffre-t-il toujours autant ?
L'homme solitaire onanise-t-il toujours avec le même plaisir ?
Ah bah ! personnellement, je trouve que Messaline était une grande Romaine Antique...
Foin de torsion de l'esprit, elle préférait se tordre sous les coups de boutoir des légionnaires...
Qui a raison ? La blanche Ophélie qui flotte comme un grand lys ? Ou la folle blanchie qui frotte dans un grand lit ?
Ni l'une ni l'autre je le crois. Qu'il soit platonique ou sardonique, l'amour est toujours une vaste fumisterie, qu'on s'échine à attendre, tel un Godot godiche... pour déculpabiliser de s'être envoyé en l'air, sans parachute doré... gare à la chute (de reins)

Etonnant non ?