Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2010

CLOSED COMBAT

Nous avons tous nos blessures secrètes et endurer les reproches, même justifiés, des autres, est parfois une épreuve insurmontable. C'est pour cela que le combat, les disputes, sont la plupart du temps choses vaines et inutiles. Le combat laisse l'homme seul face à lui-même ; se battant contre l'autre, il se bat surtout contre les fantômes qui hantent son inconscient.
Il faut dépasser cela. Etre fort, c'est refuser de se battre. Trouver une autre voie. Certains l'appellent Sagesse, d'autres Amour, d'autres Raison. Peu importe le mot, le chemin, le but. Tout ce qui conduit à l'Apaisement est forcément juste. Et juste cela.

20:24 Publié dans Bref | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : combat, amour

RECETTE POUR ENTRETENIR LA FLAMME

Tisonner la braise, mais point trop n'en faut
Ne pas laisser trop longtemps sur des charbons ardents
Faire feu de tout bois même le plus vert même le plus vermoulu
Ramoner sa cheminée de temps en temps
Passer ses souvenirs les plus tièdes au noir de fumée
Et consommer carbonisé jusqu'à tomber en cendres...

20:23 Publié dans Bref | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : flamme, amour, recette

14/01/2010

FORMULE HEIN ?

Souviens-toi, ma belle, que lorsqu'on est la Reine de la Fête...

Cela ne dure que le temps d'un pétard mouillé, d'une mèche qui fait long feu, d'une baudruche qui se dégonfle avec un bruit obscène...

Cela ne dure que le temps d'entrer-sortir en regardant ailleurs, cela ne dure que le temps d'un va-et-vient sonore sur fond de musique d'ascenseur...

Cela ne dure que le temps de faire Ting Ting dans ton tiroir caisse, et de te rendre une monnaie de singe...

Souviens-toi, ma belle, qu'on n'est l'Elue que le temps d'un mandat impératif...

Que l'Urne du Votant était déjà bourrée, que sa caisse était noire et sentait le formol...

Qu'il convoquait les mortes à donner de la Voix, informulant le Psaume académique et languissant...

Que la Vox Populi Vox Dei se mesure à l'aune des faussaires, des marchands d'acouphènes, des trafiquants de tessitures,

Souviens-toi ma Belle, alors que tu railles celles qui déraillent...

Alors que tu t'aveugles et brailles...

Que poussent déjà quelques épines sur ta Couronne de Miss Tic Tac du Temps qui fuit déjà trop vite....

Que tu gis les bras en croix sur des draps couleur linceul...

Souviens-toi...

Les mots de la fin te viendront aisément...

"Eli, Eli lama sabachtani ?"

12:14 Publié dans Bref | Lien permanent | Commentaires (2)