Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2012

DE LA BEAUTE MASCULINE ET TOUT BIEN CONSIDERE...

7_12901154854897.jpgFut un temps où je fuyais les beaux hommes, disons ceux dont le physique m'émulsionne le cerveau reptilien... Les longues mèches noires tombantes à la Albator sur un visage émacié ou taillé à la serpe, les looks surfeurs californiens au blond passé à l'écume de mer, les clones de Sid Vicious ou de John Frusciante, les Joe d'Alessandro, les gratteux virils au regard de brume, les profils aquilins aux lèvres fines, le viril quinqua buriné par le sel marin et les jouvencelles marinées... bref tout un Panthéon de Dieux plus ou moins canoniques mais esthétiquement corrects...

Je croyais que l'homme beau, au physique avantageux, est un cauchemar pour la femelle... alors je faisais dans le hors norme : le pachydermique, l'étique, le triple foyer, l'insipide transparent, le boutonneux, le gras du bide, que sais-je encore ? Me disant que je serai pour eux comme la blonde lumière divine s'infiltrant jusqu'au trou saumâtre et marécageux de leur disgrâce...

Heureusement, les circonstances, plus ou moins festives et avinées, les moments de désarroi et de lâcher prise ont fait que je me suis parfois (souvent) retrouvée plongée dans l'éphèbe, le Praxitèle, le marlonbrandesque, ou le viril au je-ne-sais-quoi d'aguichant...

Je n'en retire que de bons souvenirs, à quelques exceptions schizoïdes près...

Par contre, les disgracieux ne m'ont apporté que disgrâce, les mal pointés du désappointement, les ratés de l'outrage, les difformes du morfondage (sic)

Mon échantillon statistique hautement significatif me fait dire : l'Homme Beau est Bon avec Moi...

Ma décision est prise : je vais quitter Tussaud pour Uffizi, Bacon pour Michelange, Browning pour Morrissey...

Telle la Junon rentrant au foyer, je m'écrirai : "Quel bel âtre !"
Tel le Johnny remontant sur scène, je rallumerai le feu
Tel le Aschenbach lézardant sur la plage, je contemplerai Tadzio
Telle Aphrodite sortant de son coquillage j'embrasserai Sandro

Astonishing no ?

Commentaires

May you meet the last of the famous international playboy !

Écrit par : Marc Novost | 12/05/2012

I do agree ! I'm tired of these big mouthes who strike again and again !

Écrit par : KeenaMcKee | 14/05/2012

erratum : playboys

Écrit par : Marc Novost | 12/05/2012

Les commentaires sont fermés.