Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2010

PETITE LECON DE LITTERATURE A L'ATTENTION DU PRESIDENT

En forme de réponse du tac au tac, je voudrais signaler au joueur de pipeau officiel de la République des Rats quittant le Navire, certains faits avérés et prouvés par les statistiques officielles des programmes scolaires.

CITATION : "Ils n’ont pas compris que le rire, c’était une marque d’humanité, de civilisation, que c’était une marque de gentillesse, que le rire, c’est pour élever, pas pour abaisser, c’est pour donner de la légèreté à la vie, pas pour donner des leçons ”

ANALYSE : Nicolas fait ici allusion à certains comiques qui l'ont sans doute tourné en dérision, lui et ses pairs, alors que lui-même n'a besoin de personne pour paraître ridicule, ainsi qu'il le prouve, à maintes reprises, faisant l'objet d'une moquerie généralisée dans la presse étrangère, malheureusement sans beaucoup d'écho dans notre doux pays à la solde des gratte-papiers appointés par l'Elysée.

REPONSE : Je conseille au Petit Nicolas la lecture des Caractères de La Bruyère ou des Mémoires de Saint-Simon. Il y trouvera moultes caricatures désobligeantes et vengeresses, maints portraits au vitriol. Que je sache, ces deux auteurs sont des incontournables dans bien des bibliothèques françaises bien-pensantes de la bonne bourgeoisie neuillysienne ou d'ailleurs...

CITATION : “ Vous, vous êtes quelqu’un de populaire sans être populiste, qui amenez à réfléchir, sans jamais donner de leçons ”

ANALYSE : Intéressante nuance faite sur deux qualificatifs issus de la même racine populus, à savoir l'ensemble des citoyens. D'un côté, l'acceptable "populaire", aimé du peuple, ce qui semble être l'aune à laquelle une certaine bourgeoisie inculte juge les "artistes". De l'autre, l'inacceptable "populiste", terme honni de ceux qui veulent se refaire une virginité électorale.

REPONSE : Ô aveuglement du Calife Elyséen, qui ne voit pas plus loin que le feu de son Buisson Ardent ! Un leader nerveux qui harangue les foules à force de litanies démago, qui parle le langage nu et cru de l'homme de la rue, qui se pique de résoudre chaque problème de chiottes bouchées au fin fond de la Province, à coups de recettes pseudo-pragmatiques, qui martèle la Sécurité à l'envi, comme si nous vivions encore aux Temps Barbares, alors que jamais l'être humain n'a eu à ce point du sang de navet dans les veines, qui se tape la moitié des couves de la presse Dégueulis, qui rameute son Jaurès et son Mocquet à chaque coup de boutoir sur son bouclier frical, qui compte sur Saint Johnny et Saint Bigard pour escalader son Gold Gotha Mondain... oui, ce type de leader minimo est-il populiste ou n'est-il pas ?
Donneur de leçons ? Que nenni. Pour cela, il faudrait qu'il puisse les donner. Amener à réfléchir ? Allons donc ! encore faudrait-il qu'il soit notre miroir de l'âme.
Même pas drôle, juste tristement identitaire et nationalement correct.
Quand on tremble devant le Rire c'est qu'on ne veut pas nous préparer de lendemains qui chantent.
Tel Louis le Grand avec Molière, échauffé par sa cohorte de Jésuites, Nicolas pourfend le Comique satyrique, galvanisé par ses brigades de spin doctors. Nul doute qu'il n'a jamais lu Tartuffe. Et pourtant, il aurait bien à apprendre du faux Dévot, lui, le faux Démocrate.
Mais à l'Ecole des Tyrans Populistes, Nicolas fait figure de cancre. Voyez sa cour, je cite :
"Jean Réno, Christian Clavier, Mireille Darc, Julien Clerc, Anne Parillaud, Charles Aznavour, Alain Delon, Elie Semoun, Catherine Lara, Charlotte Rampling, Josée Dayan..."
Un panel représentatif de l'Esprit Français. Si c'est ça l'Identité Nationale, je me fais volontiers Coréenne du Nord, ça ne sera pas pire...

Etonnant, non ?

19:47 Publié dans Critiques | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, comique, humour

Commentaires

Nul doute que le petit tyran se serait volontiers fait "Hara-kiri" !

Écrit par : Sensui-kun | 12/03/2010

Les commentaires sont fermés.